• 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Les formes de préparations mentales sont vastes et variées et malheureusement encore trop peu explorées ou même utilisées… 

Le milieu professionnel et amateur prennent tous deux conscience de l’importance fondamentale d’entraîner le mental des sportifs. Car oui avoir un bon mental se travaille !

Voici une brève description des principaux moyens de préparation mental.

La méditation :  

 

La méditation est présente sous de nombreuses formes tel que la Méditation Zen, le Yoga, le Taï Chi et bien d’autres encore. Son but est de permettre à l’individu de trouver une sérénité intérieure, de mieux contrôler son corps et ses émotions. L’un de ses nombreux bienfaits est d’augmenter les capacités de concentration de celui qui la pratique. Pour approfondir le sujet, je vous invite à découvrir (ou redécouvrir) notre article : Le Mental : Une histoire de méditation ?

Type de préparation mentale : la méditation

La Programmation neuro-linguistique (souvent appelée par son diminutif PNL) :

 

La PNL a pour but de découvrir et de modifier (lorsque cela est nécessaire) les schémas de pensées et comportements de l’être humain. Son but est d’analyser des processus d’excellence afin de les reproduire.  

Explication : Notre cerveau a développé, au fil des années, des expériences, de l’éducation et des informations qu’il a reçu,  de nombreuses habitudes, mécanismes, pensées et comportements. Ces mécanismes engendrent des réactions automatiques de notre part. Certaines de ces réactions sont positives (Par exemple, le fait de ne plus avoir besoin de réfléchir lorsque l’on marche ou lorsque l’on conduit une voiture), d’autres nous desservent et peuvent être améliorées. La PNL intervient alors afin d’étudier le meilleur comportement possible pour une situation donnée et transformer les mécanismes, les comportements habituels de l’individu pour un meilleur résultat.

On retrouve en PNL des techniques comme les affirmations positives, les ancrages, la dissociation cognitive et bien d’autres encore ! 

 

La visualisation & l’imagerie mentale :

 

La visualisation et l’imagerie mentale peuvent être vue comme deux synonymes. Ce sera notamment notre point de vue sur ce blog. En effet, nombreux sont les scientifiques, psychologues du sport ou préparateurs mental à adopter ce consensus.

Cette technique, également utilisée en PNL, est issue de l’auto-hypnose, qui est une pratique basée sur la relaxation afin de se plonger soi-même ou grâce à un guide dans un état hypnotique visant à améliorer son état psychologique.

 

Sachez cependant, que selon certains courants de pensées, une distinction minime est faite entre ces deux appellations :

 

La visualisation consiste en la représentation mentale d’un objet, d’un moment, d’une émotion. Cette visualisation a alors un impact sur notre état physique et nos sensations. Par exemple, la visualisation d’un élément lié à une phobie peut entrainer l’apparition de tressaillement dans le bas du dos ou des poils qui s’hérissent.

Elle peut être utilisée dans de nombreux cas. Par exemple, pour un sportif souhaitant que sa performance se réalise selon un déroulement précis. Grâce à la visualisation répétée, d’une action, d’un mouvement, l’organisme du sportif se conditionne en amont à la bonne réalisation de cette action, afin d’accomplir la performance souhaitée. Un exemple simple est celui du skieur ou du pilote qui visualise la meilleure trajectoire et les actions à mener afin de la réaliser le jour j.

 

L’imagerie mentale a des objectifs similaires à la visualisation. Contrairement à la visualisation, elle est très souvent pratiquée grâce à un guide. Ce dernier, suggère diverses images qui seront modélisées par l’inconscient du sportif. Ces images sont issues de  l’imagination, des souvenirs, des rêves et de  l’inconscient. Le guide peut également aider le sportif à comprendre le sens de ces images et la démarche à suivre. Le but est donc ici de “comprendre l’inconscient” et d’agir ensuite selon les objectifs du sportif.  

 

La sophrologie :

 

Elle consiste en un ensemble de techniques de relaxation afin de mieux gérer son stress, ses émotions et d’atteindre son plus haut potentiel.

Elle se base sur trois volets :

    – Le corps : le but est ici d’apprendre à détendre notre physique

    – Le mental : gérer et évacuer nos pensées parasites

    – La gestion des émotions

(Petite note juste pour vous, mes lecteurs préférés 😉 : si vous consultez un sophrologue pour améliorer vos performances sportives, faites attention à ce qu’il soit spécialisé dans le domaine sportif car nombreux sont les praticiens qui sont spécialisés sur certains problèmes récurrents de notre société : gestion du stress, prise de confiance en soi, mal de dos etc.)

Les techniques de relaxations : zoom sur le training autogène de Schultz et la relaxation progressive de Jacobson

 

Ces deux techniques ont pour but d’aider les individus stressés ou sous-pression. Pour un sportif elles peuvent constituer un moment de calme et de détente après l’effort afin de mieux gérer le stress de la compétition et aider les sportifs  à se détendre pleinement. (Non au sur-entrainement physique et mental ! C’est l’essence même de ce que l’on appelle : la prophylaxie.)  

Le principe de la Relaxation Progressive de Jacobson consiste à détendre le corps, ce qui aboutit à la détente de l’esprit. Le but est d’atteindre une détente physiologique avec le moins de tonus musculaire possible. Afin de réaliser cela, on effectue la tension temporaire d’un groupe musculaire spécifique (par exemple, contraction pendant 5 secondes), pour ensuite le relâcher. Cette détente physique permet alors de diminuer la tension cérébrale.

Le training autogène de Schultz a pour objectif de se concentrer sur différentes sensations du corps et de mettre en place une sorte d’état de détente que l’on pourrait presque qualifier de rêverie. Elle peut être réalisée avec un praticien ou en auto-hypnose. Dans ce dernier cas, l’utilisateur provoque de lui même un état de détente grâce à des auto-suggestions.     

 

Les thérapies cognitivo – comportementales (TCC) :

 

Ces thérapies datent du début du XXème siècle, elles consistent en l’analyse d’un problème donné qui touche un comportement ou nos pensées. Par exemple, une peur, une mauvaise gestion de son monologue intérieur, un manque de confiance, etc.   

De nombreuses techniques ont étés misent au point tel que “le Stress Inoculation Training” (par D. Meinchenbaum) qui a pour objectif d’habituer le sportif à gérer le stress de manière croissante. Par exemple, la désensibilisation systématique est également un moyen de réduire les anxiétés  ou difficultés perçues par le sportif. Le but est de faire revivre au sportif une situation, une émotion qui lui déplait ou qui génère du stress et de la remplacer par une émotion positive. (Cette technique s’appuie également sur des principes de relaxation et d’imagerie mentale.)   

 

Une pensée parasite ? Stoppez la !

Il est également possible de faire travailler le sportif sur son monologue intérieur pendant l’effort, par exemple de stopper le monologue défaitiste, négatif lié à la douleur de l’effort. On appelle cela : “l’arrêt de la pensée”. Ce procédé vise à couper ce type de monologue qui déconcentre le sportif lors de sa performance.

 

 

 

Les TCC comportent diverses techniques permettant aussi de conditionner un sportif à la réussite et à la performance. On peut parler du travail sur les croyances limitantes ou négatives ou même sur la fixation d’objectif. Le but est d’ancrer dans l’esprit du sportif qu’il a déjà tout en lui pour réussir et atteindre son objectif. Le travail de ces TCC sont de “débloquer” les contraintes mentales que le sportif s’impose de manière plus ou moins consciente.   

 

Ce qu’il faut retenir des formes de préparations mentales

 

Ce panorama des techniques de préparation mental est non exhaustif. Il a pour principal atout d’être synthétique et de présenter les principaux outils et techniques utilisés lors de la préparation mentale.

Nous aurons le plaisir de développer de nombreux concepts ou même d’étudier d’autres types de préparations mentales. Si vous ne voulez rien rater des prochains sujets, abonnez vous à notre newsletter 😃 (Ce serait un honneur de voir notre communauté s’agrandir avec vous !) 

 

 

Nos photos :

Concentration de xymox (CC BY-NC-ND 2.0)

Meditation de Sebastien Wiertz (CC BY 2.0)

Groupe d’imagerie cérébrale de l’Institut Douglas (CC BY-NC-ND 2.0)

Day 3/366…… Fire, Wood & Stone Day de Denise Cross Photography (CC BY 2.0)

Night Vision de Robert Couse-Baker  (CC BY 2.0)

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.